Entreprendre

En projet

Liste des communes

Découvrez-les :

Rechercher
Accueil » Entreprendre » En projet » Création d’une unité de méthanisation

Création d’une unité de méthanisation

 

Les Communautés de Communes du Vallon de Sancey et Entre Dessoubre et Barbèche avaient engagé ensemble en 2010 une réflexion pour la création d'une unité de méthanisation. La méthanisation est un procédé biologique permettant de valoriser des matières organiques (fumier, lisier, déchets de fromagerie,…). en produisant du biogaz qui est source d’énergie renouvelable (électricité et chaleur) et un digestat utilisé comme fertilisant.

Plusieurs réunions de travail ont réuni les agriculteurs du plateau de Belleherbe et du Vallon de Sancey, assisté d’Opale Energies Naturelles, le bureau d'étude chargé de développer ce projet. Les résultats de l’étude ont conforté l'idée qu'un projet d'ampleur était réalisable sur le secteur.

Malheureusement, le projet n’a pas été retenu "Pôle d’Excellence Rurale" et n’a pu aboutir sous sa première forme (30 exploitations). Cependant, la hausse des tarifs d’Obligation d’Achat en mai 2011 et l’obtention d’une subvention dans le cadre du Plan de Performance Energétique a permis d’envisager le développement d’un projet plus restreint sur le secteur de la CCVS.

Douze exploitations agricoles du territoire de la CC du Vallon de Sancey (26 exploitants au total) ont constitué en décembre 2012 la « SAS Energie du Mont Lage » dans le but de créer une unité de méthanisation agricole collective sur la commune de Rahon (à proximité immédiate de la déchetterie)

Ce projet revêt plusieurs objectifs :

-          amélioration des pratiques agricoles*

-          production d’énergies renouvelables (électricité injectée sur le réseau et consommée localement)

-          renforcement de la viabilité économique des exploitations agricoles (limitation des achats d’engrais externes aux exploitations, économie locale circulaire)

 

Le Permis de Construire est accordé depuis le 7 octobre 2013 et la construction est prévue en  2014 pour une mise en route début 2015.

Au total, chaque année, ce sont 6610 tonnes d’intrants qui seront traitées (fumier, lisier, déchets verts et agricoles) dans l’unité, qui développera une puissance de 150 kW pour une production électrique de 1 050 000 kWh par an, soit l’équivalent de la consommation de 420 personnes. Au total, ce sont 670 tonnes d’émission de CO2 qui seront évitées par an.

La chaleur résiduelle du moteur sera utilisée pour sécher le digestat mais également pour la culture de spiruline (micro algues utilisées dans les boissons énergétiques) qui sera revendue à des grossistes.

Ce projet d’1,8 millions d’€ d’investissement permettra la création d’1 emploi sur le territoire.


*le digestat est le produit qui ressort du méthaniseur. Il n’a perdu aucune de ses valeurs fertilisantes et est ensuite séché par la chaleur produite par le moteur. Le produit récupéré par les agriculteurs est un produit stable, comparable à du terreau et sans odeur. Ces caractéristiques limitent les risques de pollution lors de l’épandage (l’épandage de liquide présente souvent plus de risques).

Le projet permet également la maîtrise des stockages d’effluents par la mise en place d’un stockage supplémentaire sur l’unité de méthanisation.

 


Bilan   carbone

Emission/évitement   de Gaz à Effet de Serre (t de Co2)

Emission   de GES par l’unité de digestion

+ 367.3

Emission   de GES dues aux transports des substrats vers l’unité de digestion

+ 24.7

GES   évités par la substitution au traitement des déchets (GES captés pour   production électrique)

- 617.4

GES évités   par la substitution d’énergie (GES qui seraient dégagés si l’électricité était   produite avec des énergies non renouvelables)

-397.9

GES   évités par la substitution d’engrais liée à l’épandage de digestat

-44

Bilan   Emissions nettes

-670